Le cancer du sein

Le cancer du sein représente un véritable fléau de santé publique. Son incidence (nombre de nouveaux cas par an) a doublé ces vingt dernières années.

Il est la première cause de mortalité par cancer chez la femme.

  • 48 763 nouveaux cas en 2012 qui se rajoutent aux cancers déjà existants
  • 1 femme sur 8 a eu, a ou aura un cancer du sein,
  • Près de 11 886 femmes sont décédées en 2012, dont plus d’un tiers de mortalité prématurée (avant 65 ans).

Si on ne connaît pas les causes directes d’un cancer du sein, par contre les facteurs pronostiques (évolution plus ou moins favorable de la maladie) sont bien définis. Parmi eux, la taille de la tumeur est un des éléments essentiels. Les tumeurs de moins de 2cm sont considérées comme ayant un pronostic plus favorable.

Les progrès réalisés dans le domaine de la mammographie permettent de découvrir des lésions de plus en plus petites : inférieures à 1cm.

D’où la mise en place d’un dépistage organisé du cancer du sein par mammographie pour détecter des lésions à un stade de plus en plus précoce, seul moyen reconnu, depuis de nombreuses années, pour diminuer la mortalité de ce cancer.

Le dépistage, aujourd’hui le moyen le plus adapté pour sauver des vies :

  • S’adresse aux femmes de 50 à 74 ans,
  • Doit être renouvelé tous les deux ans.

Le dépistage organisé du cancer du sein offre les meilleures garanties de qualité :

  • Vérification semestrielle de toute la chaîne de radiologie (mammographe, processeur, négatoscope…) par un contrôle de qualité-image réalisé par des organismes agréés par l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé,
  • Formation obligatoire des professionnels médicaux et paramédicaux à la mammographie de dépistage,
  • Double lecture des mammographies par des radiologues experts .

La mammographie de dépistage est prise en charge à 100% par l’Assurance Maladie sans avance de frais.

Malgré toutes ces conditions réunies, les femmes concernées ne franchissent pas forcément le pas. Les propos, trop souvent entendus, subsistent encore : « le dépistage ne sert à rien…, j’ai déjà fait un dépistage…, je n’ai pas le temps…, la mammographie fait mal…, la mammographie est dangereuse… ».

La Fédération Nationale des Comités Féminins pour le dépistage des cancers travaille à la réussite du dépistage du cancer du sein tant en terme de participation des femmes que de l’amélioration du dispositif :

  • Un dépistage de qualité avec des agréments de haut niveau,
  • Un dépistage entièrement gratuit (y compris les examens complémentaires),
  • Un dépistage dès 40 ans et non suspensif à 74 ans,
  • Un dépistage accessible à toutes : lieux de dépistage à proximité et unités mobiles de dépistage appelées Mammobiles.