Le cancer du col de l’utérus

En France, chaque année, 3000 nouveaux cas de cancers du col de l’utérus sont diagnostiqués et 1000 femmes meurent de ce cancer.

 

Et pourtant, 90% des cancers du col pourraient être évités :

  • Avec un frottis cervico-utérin réalisé tous les 3 ans entre l’âge de 25 et 65 ans après deux frottis normaux à 1 an d’intervalle. Le frottis concerne aussi les femmes enceintes et les femmes ménopausées.
  • Une prévention efficace par la vaccination contre le Papillomavirus Humain(HPV) remboursée pour les jeunes filles de  11 ans à 14 ans (2 injections en 6 mois) avec un rattrapage vaccinal entre 15 à 19 ans (3 injections en 6 mois).

 

En effet, les lésions sur le col de l’utérus peuvent évoluer, si elles ne sont pas dépistées et traitées, en cancer en 10-15 ans. Ces lésions sont liées à une infection par l’HPV. Cette infection sexuellement transmissible est majoritairement éliminée dans 90% des cas, c’est sa persistance qui doit être dépistée par le frottis cervico-utérin ou la recherche d’HPV oncogènes vaginaux ou urinaires. Le tabac est un facteur favorisant pour la persistance du virus. Le port de préservatif n’est pas protecteur contre cette infection très commune et asymptomatique.

 

Le frottis est indolore et est réalisé par un médecin traitant, un gynécologue ou une sage-femme.

 

Le dépistage organisé du cancer du col de l’utérus consiste à envoyer un courrier d’incitation au frottis uniquement aux femmes âgées entre 25 et 65 ans dont le frottis date de plus de 3 ans. Ce dépistage existe en Maine et Loire depuis 2010 et va s’étendre à toute la région dès 2018.

 

Pour plus d’information, cliquez sur le lien suivant